LE MÉTISSAGE SONORE : un avantage

Beaucoup sont les artistes qui ont le regard fixé ailleurs, ignorant l’or sur lequel ils sont assis. Comme on dit, « seul la prairie du voisinage est verdâtre » le patrimoine sonore est très riche, et peu sont les artistes qui l’explorent. Il ne s’agit pas de rejeter tout ce qui vient d’ailleurs mais de savoir l’associé à ce que l’on a pour proposer quelque chose d’originale.

Cependant, d’autre sortent de l’eau. Il n’est pas question de s’alarmer, beaucoup emboîtent le pas de ceux qui ont vite comprit et font un travail de recherche dans leur projet de création musical afin de faire une mixture des sonorités folklorique et ceux des musiques moderne. L’album de l’artiste NATABZANGA en est une illustration réussi parmi tant d’autre.

 

Crédit photo/Zembalacultur Visuelle jaquette NATABZANGA

PORTRAIT

Né à Ouagadougou où il passa toute son enfance. En effet, Natabzanga est un grand passionné de musique quand on s’y confère à son histoire. KOMPAORE Natabzanga Francis c’est son nom à l’état civil. Il est auteur compositeur, instrumentiste et interprète. C’est depuis son plus jeune âge d’ailleurs qu’il manifesta son amour pour l’art en libérant son génie créateur dans les fabrications d’instrument de musique avec les boites de conserve..

En 1988, il s’adonne à l’apprentissage de la guitare ou il apprend et compose ses premières notes. De la pratique vient la perfection dit-on et Natabzanga l’a vite compris. Il a muri son art au sein de plusieurs groupe, ceux amateur de quartier, ceux des groupe de choriste d’église et des groupe de musique professionnel de la capital en tant que bassiste.

En 1997, avec ses propres compositions, il conduit avec succès son groupe à l’occasion de la semaine régional du Kadiogo, organisé en prélude de la 9ème édition de la Semaine National de la Culture Bobo 98.

 

L’ALBUM

FKN NATABZANGA évolue dans un registre tradi-moderne autrement, dans la worl musique. La plupart des chansons ; fait de wènéga, du reggae doux, du Warba sobre et doux fait de l’album SINDI un cocktail de sonorité audible. De façon globale, l’artiste puise au fond de lui un art qui lui est propre et unique. Sa musique s’inscrit dans le style dit musique d’inspiration et de recherche.

C’est en mi année 2017 afin que l’album SINDI à été dupliquer par la structure DELVIS PRO et lancer officiellement.

Le deuxième titre donne son nom à l’’Album « SINDI » l’œuvre aborde diverses thématiques socio-culturel comme l’espoir, le patriotisme ; une invite au travail et à la recherche de la paix, la sensibilisation sur les dangers de la circulation et les méfaits des stupéfiants telle la drogue. L’amour à travers le titre 7 « M’noanga » la joie et l’optimisme à travers «  Fête » un éloge à la mère. Un remix du titre phare de l’album SINDI.

  1. Burkina Faso
  2. Sindi
  3. Circulation
  4. Drogue
  5. Fête
  6. Maman
  7. M’noanga
  8. Niis Kouabga
  9. Paaga
  10. Sindi (remix)

Cette nouvelle sortie discographique vient non seulement enrichir le monde du show-business Burkinabé et sa culture en générale mais invite les artistes musiciens à la pratique des instruments du terroir.

Ecoutez, vous réécouterez… https://soundcloud.com/zembalaculture

 

Maxime COMPAORE pour ZEMBALACULTUR

The following two tabs change content below.
Maxime Compaore
Maxime COMPAORE est natif du pays des hommes intègre (BURKINA-FASO). Courtier art & Culture, il se défini comme un autodidacte culturel. Promoteur de zembalaculture Burkina faso. Agitateur, entrepreneur culturel. Blogeur, Manager d'artiste. la culture est la seule qui peut nous resté dès qu'on nous confisque tout.
Maxime Compaore

Derniers articles parMaxime Compaore (voir tous)

1 comment on “LE MÉTISSAGE SONORE : un avantage

  1. Pingback: Les pépites de Mondoblog : chroniques de l'éloignement — Mondoblog

Submit comment

Allowed HTML tags: <a href="http://google.com">google</a> <strong>bold</strong> <em>emphasized</em> <code>code</code> <blockquote>
quote
</blockquote>