CANAL D’INFORMATION: Le WEB bat de l’aile

Le besoin de s’informer est devenu capital. Pour informer on cherche les voies et moyens pour le faire et toucher la masse.

Au Burkina Faso, on peut constater avec joie qu’on maîtrise les meilleures méthodes de communication en adéquation de nos contextes socio-économiques et culturels.

Autrefois, les ondes de radio, la presse écrite, étaient comme canal unique fiable pour informer et ainsi dire, marchander l’information. L’arrivée des NTIC (Nouvelles Technologies de l’Information et de la communication) semblent enterrer ces médias, effacer ces traces et même ce qui lui reste de reliquat. Alors, le Web est venu combler des lacunes.

On conviendrait plus facilement que via Internet on s’approprie l’information en temps réel ou même aller la traquer dans son dernier retranchement. Les quasi-fétichiste diront que c’est l’aboutissement et qu’aucun canal ne saurai l’égaler. Mais si l’on veut être sincère avec soit même et attribuer des mérites, nous conviendrons tous que l’Internet n’informe qu’une certaine catégorie de personnes. Un accès Web avec en plus un compte Twitter, vous avez toute l’information à porter de main, me dirons certains. Cependant, on peut se poser la question à savoir quelles personnes l’Internet informe: Combien de personnes ont accès à Internet dans les pays du tiers-monde?

Alors, c’est là que se trouve les faiblesses du Web et que les  Telecom comblent comblé ces lacunes dans un contexte donné.

Au Burkina Faso, on semble avoir compris cela et c’est par les téléphones portables qu’on informe la masse. Estimons que sur 100 personnes dans notre pays, 20 personnes ont accès au Web alors que 50 ou 60 personnes utilisent les téléphones portables, imaginons.

Je voudrais ici féliciter et encourager nos différentes institutions et ministères qui exploitent le canal des Telecom pour faire passer l’information. Ces derniers temps on reçoit sous forme de SMS dans nos téléphones portables des messages qui sont juste à titre d’information, de prévention de catastrophes naturelles, allant des coupures d’eau jusqu’aux campagnes de vaccination. C’est louable d’autant que c’est la masse qui est informée, intellectuelle comme analphabète.

Il n’est pas rare de voir dans notre société quelqu’un te tendre son téléphone portable et te demander de lui consulter ses messages. Donc, on peut conclure que par les Telecom en informe la masse.

 

Maxime Compaoré

The following two tabs change content below.
Maxime Compaore
Maxime COMPAORE est natif du pays des hommes intègre (BURKINA-FASO). Courtier art & Culture, il se défini comme un autodidacte culturel. Promoteur de zembalaculture Burkina faso. Agitateur, entrepreneur culturel. Blogeur, Manager d'artiste. la culture est la seule qui peut nous resté dès qu'on nous confisque tout.
Maxime Compaore

Derniers articles parMaxime Compaore (voir tous)

Submit comment

Allowed HTML tags: <a href="http://google.com">google</a> <strong>bold</strong> <em>emphasized</em> <code>code</code> <blockquote>
quote
</blockquote>