FESTIVAL NUIT DE CONTE AU VILLAGE : Wa Tid Solem

La 12e éditions du Festival Nuit de conte au village « Wa Tid Solem » qui veux dire «  Vient ! On va faire des contes » s’est tenu du 09 au 12 Mars 2017 à Sissamba, dans la commune de La-Toden appartenant à la province du Passoré. Sissamba, distant de 129 km de la capitale Ouagadougou abrite traditionnellement le site du Festival depuis sa première édition.

Crédit photo zembalacultur/ La nuit du conte a Sissamba

 

En effet, la Compagnie Théâtrale le Roseau (CTR) Lauréat du LOMPOLO 2016, structure organisatrice du Festival perpétue la tradition de l’art de l’oralité à travers ses activités. Il organise d’ailleurs des nuits de conte tous les derniers mercredi de chaque mois à son siège situé à WEMBTENGA et le Festival tous les ans à Sissamba. Cette année, le Festival Nuit de Conte au Village était à sa 12 e édition, sous le thème de « cohésion sociale et de patriotisme pour l’édification d’une société de paix ». Il a été placé sous le patronage de Monsieur Tahirou BARRY, Ministre de la culture, des arts et du Tourisme et sous le parrainage de Monsieur Saidou TIENDREBEOGO PDG de ETIS.

Crédit photo zembalacultur/ Accueille & chant debienvenu

A 8h déjà, les artistes composés de comédiens, musiciens, slameurs, conteurs ont embarqué à bord de 2 minicars depuis le siège du CTR pour Sissamba. Malgré les tracasseries sur le tronçon, ils ont été ponctuels pour l’ouverture officielle qui a vu la participation des autorités coutumière et politique. L’occasion était donné au coordonnateur à l’ouverture d’ailleurs de formuler le vœu de voir grandir encore plus le Festival. De faire de Sissamba une bibliothèque, un pôle culturel important doté d’infrastructure digne de ce nom et du représentant du ministre de la culture de rassurer  que les doléances seront transmises à l’autorité compétente.

Crédit photo zembalacultur/ rejouissance populaire & danse traditionnelle

Les habitants de Sissamba et des localités environnante, massivement mobilisé prouve leur grand intérêt et attachement à l’évènement.

La 12e édition du Nuit de Conte au Village cette année à eu un programme riche avec des innovations. Après le discours des officiel, l’animation musicale à poursuivi par des troupes de danse traditionnelle ponctué de remise de prix à des lauréats d’un concours de conte précédemment organisé pour les écoliers du cours primaire élémentaire de la province du Passoré.

Crédit photo zembalacultur/ conte des élèves conteurs

C’est afin à 21h que les conteurs se sont succédé avec des contes de la savane Africaine. Des histoires qui ont existé depuis la nuit des temps ; des, Il était une fois…, du Roi lion…, de l’homme sage du village…. Des contes qui n’ont laissé aucun festivalier indifférent.

Tout le long qu’a duré le Festival, la nuit tombé était les moments les plus attendu. Les personnes de tout âge ; vieux, enfant, femme et homme se laissent captivé et voyage aux dire des conteurs.

Crédit photo zembalacultur/ nuit de conte à Silmougou

L’objectif que s’est fixé le comité d’organisation, d’après le coordonnateur général Monsieur Jean Edouard ZEMBELOGO, c’est de faire de tel sorte que le Festival cette année puisse se décentralisé. De ce fait, La-Toden, Bagaré, Silmiougou…, pour ne citer que ces localités autre que Sissamba ont vibré au rythme des contes et de façon simultané.

Crédit photo zembalacultur/ Le Coordonnateur général du Festival

Le Festival Nuit de Conte au Village est aussi une opportunité de rencontre, de partage et de découverte. Cependant, les festivaliers sont venu de divers horizon à savoir ; Bobo dioulasso, de Kaya, de Banfora, de Ouagadougou, de Ziniaré et de la France.

Du conte, de la musique, mais également des causeries ont rythmé le Festival Nuit de Conte au Village. Les festivaliers ont d’ailleurs été enrichis et ressourcer de leur culture lors des séances de causeries avec les anciens du village de Silmougou (village des Silmi-mossé). Il était question d’élucidé des sujets culturel de grande importance à savoir ; les Totems, les signes et les comportements de dame nature. Le grand Tamarinier, servi de cadre pour cet effet avait l’allure d’un Baobab. D’après les dires des anciens, le choix du Tamarinier n’est pas un fait du hasard. C’est l’arbre à palabre du village et il renferme toutes leurs histoires il y a des siècles à nos jours.

Crédit photo zembalacultur/ sous l’arbre à palabre avec les anciens

Le Festival est un rendez-vous phare et très attendu par les habitant de la commune de La-Toden et surtout du village de Sissamba. Les artistes quant à eux ne marchandent pas leur participation quand il s’agit du Festival Nuit de Conte au Village. Beaucoup sont à leur deuxième voir dixième participation. Certains ont affirmé que le Festival est non seulement un lieu de partage, de découverte mais de collaboration et de prise de contacts.

 

Maxime COMPAORE pour ZEMBALACULTUR.

The following two tabs change content below.
Maxime Compaore
Maxime COMPAORE est natif du pays des hommes intègre (BURKINA-FASO). Courtier art & Culture, il se défini comme un autodidacte culturel. Promoteur de zembalaculture Burkina faso. Agitateur, entrepreneur culturel. Blogeur, Manager d'artiste. la culture est la seule qui peut nous resté dès qu'on nous confisque tout.

Submit comment

Allowed HTML tags: <a href="http://google.com">google</a> <strong>bold</strong> <em>emphasized</em> <code>code</code> <blockquote>
quote
</blockquote>