IMPORT-EXPORT : la culture aussi s’importe

Au Burkina-Faso, disons-le, la culture s’importe tout comme il est pour les produits de grande consommation. Les moments ont toujours été propice à cet effet et ce n’est pas les artistes ayant importé leur savoir-faire artistique chez nous qui vous dirons le contraire.

Photo zembalacultur / prestation rocknroll a Ouaga

Photo zembalacultur / prestation rocknroll a Ouaga

On vibre à un rythme accéléré et de façon ininterrompue à des évènements culturel venu du jour au lendemain pour s’implanté définitivement au faso et c’est tant mieux.

Rock à Ouaga, fête de la musique,  Jazz à Ouaga… autant d’évènement qu’on ne pourra tout citer et qui sert entre autre d’exemple d’importation de culture. Ces musiques par leur simple appellation nous renseignent sur ces origines et provenance. Cependant, la musique de nos jours, a pu franchir le cap des frontières et des origines et n’en déplaise au pseudo loi de libre d’échange des personnes et des biens. Le Jazz s’écoute et se produit par des artistes et des instruments du terroir et s’accorde parfaitement.

Photo zembalacultur

Photo zembalacultur

Le festival de rock and roll, pour sa 8 édition a confirmé tout le bien que l’on puisse pensé des acteurs culturel Burkinabè en matière d’ouverture, d’échange, et des métissages des cultures. Comme il est de tradition chaque année. Les uns après les autres, ils sont venus de tous les horizons pour l’occasion, rock n roll. LAICA, Rock ARKAN, Patrick Kaboré, pour ne citer que ces groupes-là. Chacun a, en connaissance et en expérience, donné et reçu de l’autre.

Photo zembalacultur / prestation Jazz a Ouaga

Photo zembalacultur / prestation Jazz a Ouaga

L’importation du Jazz, quant à lui, au Burkina-Faso ne date pas d’aujourd’hui. Depuis 23 ans déjà, car  les Jazzmans célèbre leurs 23 édition du 24 au 2 du mois de Mai de cette année à Ouagadougou, les artistes du Jazz, folk, blues, Afro-Cubaine se donnerons le plaisir une fois de plus d’être là.

Ces évènement et festival, bien attendu favorise non seulement l’importation mais aussi l’exportation de nos cultures en retour. Et c’est tout le bien de l’import-Export des biens culturels

 

Maxime COMPAORE @ zembalacultur

The following two tabs change content below.
Maxime Compaore
Maxime COMPAORE est natif du pays des hommes intègre (BURKINA-FASO). Courtier art & Culture, il se défini comme un autodidacte culturel. Promoteur de zembalaculture Burkina faso. Agitateur, entrepreneur culturel. Blogeur, Manager d'artiste. la culture est la seule qui peut nous resté dès qu'on nous confisque tout.

Submit comment

Allowed HTML tags: <a href="http://google.com">google</a> <strong>bold</strong> <em>emphasized</em> <code>code</code> <blockquote>
quote
</blockquote>