LE PPS ou le mariage traditionnel

Le pougpousôm, c’est un mot en langue moagha qui désigne en fait, la célébration du mariage à l’état traditionnel. Le pougpousôm est francisé par PPS dans le jargon des jeunes Burkinabè.

Photo Zembalacultur/ celebration Pougpousôm

Photo Zembalacultur/ sous l’ombre de l’arbre à palabres, célébration du pougpousôm

Je ne saurais l’affirmer pour les autres pays africains, mais au Burkina Faso, malgré l’abandon progressif d’un pan de nos cultures, la célébration du mariage traditionnel reste immuable. Elle se présente d’ailleurs comme fondamentale de l’union entre deux personnes pour la famille burkinabè.
En effet, l’intérêt du futur couple est discuté par les sages. On est loin du contrat entre deux individus qui décident de s’unir à la mairie ou chez le chef religieux que ce soit à l’église ou à la mosquée. Chez les peuples moagha, la célébration se déroule selon des principes bien définis. Le prétendant et la future épouse ne prennent aucune décision et n’interviennent aucunement lors de ladite célébration. Cela s’explique par la signification que l’on donne au mariage dans la culture traditionnelle. Le mariage est en effet, l’union de deux familles et non de deux individus.

Photo Zembalacultur/  célébration remise de Cola

Photo Zembalacultur/ célébration de la remise de Cola

Le PPS, c’est aussi la considération des symboles. Allant de la demande de main à l’offre de la dot, il se formule la plupart du temps par la remise de noix de cola, de billets de banque voire de pièces d’argent symbolique. Par ailleurs, la célébration, la valeur de la dot, diffère d’une région à une autre selon la culture des peuples.
Lee pougpousôm est propice au dialogue, l’échange. Les sages des deux familles respectives font des propositions, négocient, défendent des positions et des points de vue qui s’inscrivent dans l’intérêt général du groupe familial. Ainsi, le bonheur ou le malheur sont partagés.

Photo Zembalacultur/  célébration Pougpousôm

Photo Zembalacultur/ célébration du pougpousôm

La famille hôte est celle de la future épouse. Le jeune prétendant se doit de se déplacer, accompagné par sa propre famille, ses amis, voire ses voisins. La distance à parcourir est parfois longue, qu’importe, c’est la fête, le partage, la joie

Maxime COMPAORE pour Zembalacultur

The following two tabs change content below.
Maxime Compaore
Maxime COMPAORE est natif du pays des hommes intègre (BURKINA-FASO). Courtier art & Culture, il se défini comme un autodidacte culturel. Promoteur de zembalaculture Burkina faso. Agitateur, entrepreneur culturel. Blogeur, Manager d'artiste. la culture est la seule qui peut nous resté dès qu'on nous confisque tout.

1 comment on “LE PPS ou le mariage traditionnel

  1. Pingback: LA PARENTE A PLAISANTERIE : de valeurs culturelles qui va au-delà de la tradition - ZEMBALACULTUR

Submit comment

Allowed HTML tags: <a href="http://google.com">google</a> <strong>bold</strong> <em>emphasized</em> <code>code</code> <blockquote>
quote
</blockquote>