SIAO: le marché de l’artisanat

C’était sous un soleil de plombe que les visiteurs venu d’ailleurs du 4 coin de la planète occupaient de leur présence la cours du grand DASAN-DAGA des artisans. Le SIAO (Salon International de l’Artisanat de Ouagadougou) la plus grande manifestation artisanale du continent africain. cette année il est à sa 13ème édition avec pour thème: artisanat et émergence économique.

Bien avant, la voie menant au site déclaré sens interdit en disait long de l’affluence sur les lieux. Il fallait parquer les engins, véhicule comme moto dans un lieu ne faisant pas partie de la fête, un lieu retranché, avant bien sûr d’accéder le site à pied. Tout au long de ce trajet, une atmosphère de fête était perceptible à l’audition que par l’optique de même qu’un non voyant aurait pu tirer meilleur partie de cette fête de l’artisanat.

Une fois à la porte d’entrée, une réalité tout autre se présent, car une chose est d’aller au SIAO une autre est de se faire un ticket. Il faut, qu’on le veuille ou pas, tenir la gueu d’un long rang, si l’on s’est pas fait une réservation en ticket.

Un grand podium trône au beau milieu de la cour qui fait également face à la grande porte d’entrée. Les pavillons gravite tout au tour de lui majestueusement.

Les pavillons, c’est là ou sont exposé les produits des artisans.  Ils sont départis selon les corps de métier et aucun d’eux ne désemplit point, ceux ventilés et ceux climatisé. visiteurs, vendeurs, et tous les deux types d’acheteurs (amateurs et  professionnels) se côtoyaient dans une atmosphère conviviale et de partage. Ils ne se privaient pas, ces exposants, si besoin y est de donner un certain nombre d’explication au curieux sur le fruit de leurs créations qui suscite d’ailleurs admiration et émerveillement.

Ce marché de l’artisanat est typique de son genre par sa structure et son ouverture aux artisans du reste du monde. Chaque stand est en effet, le reflète d’un riche patrimoine matériel d’une région, d’un pays, ou d’un peuple. C’est certainement le carrefour de l’artisanat africain. Venus de partout en Afrique, l’artisan avisé ne manque à ce rendez-vous phare. Le SIAO (Salon International de l’Artisanat de Ouagadougou) comme son nom l’indique est reconnu comme une vitrine à travers de laquelle l’on peut contempler le riche patrimoine culturel en miniature d’un peuple.

Le pavillon du soleil levant, lui renferme le savoir-faire artisanal du continent Asiatique. Le Japon ayant donné pour la réalisation de ce joyau.

Un peu loin, de petit hangars se sont regroupé et grouille de concert. Là se tienne le show, le marché au sein d’un marché, le dasan-daga ou kermesse si vous le voulez. Fumé de grillade, boisson et brochette, bruit de musique et d’animation diverse, tribune d’entreprise et de société qui marchande leur image. Un brouhaha dans lequel on n’entend plus rien de ce que dit l’autre.

 

Les rideaux sont tombé pour cette 13ème  édition le Dimanche 4 novembre pour cette manifestation biennale. Rendez-vous est donc donné en 2014.

 

Maxime COMPAORE.

The following two tabs change content below.
Maxime Compaore
Maxime COMPAORE est natif du pays des hommes intègre (BURKINA-FASO). Courtier art & Culture, il se défini comme un autodidacte culturel. Promoteur de zembalaculture Burkina faso. Agitateur, entrepreneur culturel. Blogeur, Manager d'artiste. la culture est la seule qui peut nous resté dès qu'on nous confisque tout.
Maxime Compaore

Derniers articles parMaxime Compaore (voir tous)

Submit comment

Allowed HTML tags: <a href="http://google.com">google</a> <strong>bold</strong> <em>emphasized</em> <code>code</code> <blockquote>
quote
</blockquote>