Affaire Ousmane GUIRO – observation et reflexion

On m’a demandé à connaître mon opinion sur l’affaire Ousmane GUIRO.

Je pense que tout le monde connaît cette histoire de GUIRO.

L’opinion nationale, l’opinion internationale et l’opinion de «je ne sais où» tous ont parlé de cette affaire.

Bon. Je vous rafraîchis la mémoire: Ousmane GUIRO est devenu l’ex-directeur générale de la douane du Burkina Faso. Ex-directeur, bien sûr. C’est à dire qu’il n’est plus directeur, mais je ne saurais vous dire quelle tête de direction il occupe actuellement, à l’heure que je vous écris ces lignes il est à la Maison d’Arrêt et de Correction de Ouagadougou (MACO). Depuis le début de l’année il a été démit de ses fonctions par décret présidentiel à la suite d’un détournement de deniers publics. Plus de 2 Milliards de Francs CFA ont été découvert chez lui, c’est ça le délit. De quoi crédibilisé le REN-LAC qui classe dans ses rapports de chaque année la Douane en tête de la liste des institutions la plus corrompue du Burkina Faso.

C’est un secret de polichinelle cette affaire de Guiro.

On savait bien que notre argent est mal géré, mal départi et que l’on nous pie. Nous savons bien que ce sont les autres qui mangent et que nous regardons; Ce n’est pas nouveau ça.

Cela ne nous étonne pas qu’un individu à lui tout seul amasse de sommes colossales chez lui. Nous savons qu’ hormis les garages de leurs véhicules il se font des garages d’argent dans leurs chambres. Oui – ça ne nous étonne pas, ce sont «les grands types» du Pays.

Burkina Faso, pays pauvre, très endetté (PPTE) ou la population, la masse, vivote au jour le jour et vit en dessous du seuil de pauvreté. Le grand type s’en fou, c’est ça fierté à lui. On a vu, ou du moins on a entendu dire, que des grands types de ce pays ont fêté leur milliard, même si leur proche voisin meure de faim, l’essentiel est que leur fortune atteint son sommet culminant.

Ce n’est pas étonnant si l’on parle de partout que tout va bien, que nous sommes sur la voie de l’émergence et si ça va chez toi, tu ne sais pas ou du moins, tu es enclin a penser que ça va bien partout. Un haddage très connu de chez nous dit «Celui qui aime manger la soupe du chien ne sais pas que son prochain n’aime pas cette soupe».

Ce n’est pas aujourd’hui que ça commence, ils se sont habitués à nous insulter par leur train de vie. Le niveau de vie de leur famille nous injurie, nous, le contribuable moyen. On le sait, mais on n’a pas leur force. Un autre haddage dit: «Si tu ne moyens pas le voleur, aides-le à transporter les biens de ta maison.» Sinon, qu’on n’est pas dupe.

Eux, ce sont les grandes types. Même si nous ne le pensons pas l’être, ils nous appellent «les petits types». Ils abusent de nos sagesses. Ils ont même ficelé le système à leur propre fin afin que la pauvreté se transmettent de père en fils et vis-versa pour la richesse.

Nous savons que nos parents sont pauvres et que le système est fait de telle sorte que nous, nous payons leur dette après leur mort, car ils ne pourront jamais s’en débarrasser de leur crédit, contracté ici et là. Ils n’ont plus de salaire ou de moins, ils le consomment avant de le percevoir. C’est à dire qu’il est consommé d’avance. Combien de familles vivent ainsi?

Certainement que ce sont trop de familles. Leur condition de vie ne change guère d’un iota et chaque jour que Dieu fait, il leur appartient de constater un état d’avancement dans leur misère.

Ils subissent tout simplement la vie par la somme de l’égoïsme de leurs frères, les grands types.

Maxime

The following two tabs change content below.
Maxime Compaore
Maxime COMPAORE est natif du pays des hommes intègre (BURKINA-FASO). Courtier art & Culture, il se défini comme un autodidacte culturel. Promoteur de zembalaculture Burkina faso. Agitateur, entrepreneur culturel. Blogeur, Manager d'artiste. la culture est la seule qui peut nous resté dès qu'on nous confisque tout.

Submit comment

Allowed HTML tags: <a href="http://google.com">google</a> <strong>bold</strong> <em>emphasized</em> <code>code</code> <blockquote>
quote
</blockquote>